Hedwig Röckelein

Au Moyen Age les reliques des saints étaient des objets religieux d’un très haut prestige sacral et social. A cause de leur haute valeur et leur haute estimation ils ont été conservés et présentés dans des vaisseaux luxueux dans l’espace sacral autour de l’autel, dans la sacristie ou dans le trésor d’église. Gia Toussaint a récemment articulé la thèse que l’attitude de présenter des os des saints visiblement dans les reliquaires est achevé à l’Eglise occidentale pas avant le début du 13ème siècle. Cette pratique était – selon Toussaint – adapté par l’église byzantine pendant la quatrième croisade y inclus la saccage de Constantinople en 1204. Sous l’influence de l’église byzantine, l’Eglise occidentale a adapté le mode de présentation des reliques visiblement et “nue”.
Cette thèse de Gia Toussaint est – à mon avis – très douteuse, parce que déjà dans les siècles précédents, particulièrement au IXème et Xème siècles, un considérable nombre de reliquaires avait été fabriqués, rendant les reliques visibles au public. Ce mode de présentation est relativement fréquent dans le groupe des croix-reliquaires, où les particules de la Sainte-Croix sont placées sous un cristal. Il me semble, que dans l’Eglise occidentale il y avait du début deux modes différents pour ne pas dire contradictoire de présenter les reliques: d’une part l’exposition visible, la mise en scène “en lumière” dans des reliquaires luxueux, d’autre part le mode de les cacher et les déposer dans les autels dans tout obscurité. Le dépôt des reliques dans les autels consiste régulièrement non seulement de la particule du saint, mais de tout un ensemble composé de la particule du saint, des tissus, d’une charte comme preuve de la dédicace de l’autel, parfois un sceau, de l’authentique du saint et enfin d’un vaisseau – souvent un verre – dont toutes les pièces étaient accumulées et conservées. Ma communication présentera quelques variantes de ce type de dépôt reliquaire. Le paradoxe de l’invisibilité des reliques déposées dans l’autel, qui devraient signalés et représentés le corps du Christ absent ou temporairement présent durant l’Eucharistie, reste aussi à discuter.

Abstract
In the Middle Ages saints’ relics had a very high social and religious prestige. For reasons of their high value and their prestige they were preserved for a long time and presented in luxurous vessels within the sacral space of the altar, the sacristy or the treasure of a church. Gia Toussaint recently draw up the hypothesis, that the attitude of presenting the saints’ bones visible for the public in reliquaries started in the Western Church not before the beginning of the 13th century. This practice has been adapted – according to Toussaint – from the Byzantin Church during the fourth crusade, when Constantinople was spoiled and devasted by the Western armies at 1204. Under the influence of the Byzantin Church the Western Church then started to adopt the practice of presenting relics visible and “nude”.

Toussaint’s hypothesis is – in my opinion – very doubtful due to the fact that already in the early Middle Ages, and particularly in the 9th and 10th century there was a considerable quantity of reliquaries produced, which presented the relics visible for the public. Most of these reliquaries are connected with relics of the Holy Cross. The particles of the Holy Cross were visibily exposed under a cristal glass. It seems to me, that in the Western Church there were from the beginning two different or better to say contradictory types of presenting the relics: on the one handside they were visibly exposed, and performed “in light” in luxurous and high quality reliquairis; at the other handside they were enclosed within the altar and thereby hidden and kept in total obscurity. Most of the relics’ deposits within the altar are made not only by the saints’ particles, but also accompanied by a whole ensemble consisting of the saint’s particle, of a record of the dedication act, sometimes of a seal, of a certificate authentifying the saint, and last but not least a vessel – often made of glass – that functions as a container for all these items. My lecture will present several variants of this type of relic deposit. The paradox of the deposed relics’ invisibility within the altar, who at the same time have to represent and symbolise Christ’s body, normally absent or only temporarily present during the Eucharist, also needs a discussion.

Mots-clefs :
Saint – reliquaire – relic – autel – sacralité – obscurité – visibilité – matériel – Eucharistie – Église occidentale – verre – cristal

Keywords:
saint – relic – reliquary – altar – sacrality – obscurity – visibility – Eucharist – Western Church – material culture – glass -cristalstone

Biobliographie
– Hedwig Röckelein, Des «saints cachés»: les reliques dans les sépultures d’autel. Quelques problèmes de la recherche, in: Ad libros! Mélanges d’études médievales offerts à Denise Angers et Joseph-Claude Poulin, réunis par Jean-Francois Cottier, Martin Gravel et Sébastien Rossignol. Montréal (Les Presses de l’Université de Montréal) 2010 S. 21-34
– Hedwig Röckelein, Schätze in Altären. Profane Gebrauchsgegenstände im sakralen Raum, in: Le trésor au Moyen Age. Discours, pratiques et objets. Études réunis par Lucas Burkart et al. Firenze (SISMEL / Edizioni del Galluzzo) 2010 S. 179-197 (Micrologus’ Library; 32)
– Hedwig Röckelein, 1 alter hölzerner Kasten voller Reliquien als alten schmutzigen Zeugflicken jeder Farbe und alte Knochen: Über unansehnliche und verborgene Reliquienschätze des Mittelalters, in: Vielfalt und Aktualität des Mittelalters. Fs. f. Wolfgang Petke zum 65. Geb., hg. v. Sabine Arend u.a. (Veröffentlichungen des Instituts für Historische Landesforschung der Universität Göttingen; 48). Bielefeld (Verlag für Regionalgeschichte) 2006 S. 383-402 (2. Aufl. 2006)
– Heilige – Liturgie – Raum, hg. v. Dieter R. Bauer, Klaus Herbers, Hedwig Röckelein u. Felicitas Schmieder (Beiträge zur Hagiographie; 8). Stuttgart (Steiner) 2010, 8°, 293 S.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s